" Le cheval attire mes pensées de même que l'abîme attire celui qui s'y penche,comme s'il avait des secrets à révéler.
Dans son hennissement, dans le moindre frémissement de ses naseaux, j'entends son âme. "

{ Jacqueline Ripart dans 'Femmes de cheval' 2004 }


L'élevage de mérens


"Né dedans" ou tombée sous le charme plus tard, nous avons tous ici une vraie passion pour nos petits chevaux noirs de montagne.


Une silhouette d'ébène, un "crin noir" libre près d'un lac, une image d'authenticité, de liberté, mais aussi la promesse d'une belle histoire à construire.


Peut-être votre histoire ?


 


Qui est exactement le mérens ??? Apprenez en plus sur cette race exceptionnelle sur le site du SHERPA


De la naissance au sevrage


...en bref....

  • Sélection rigoureuse des parents : mental et modèle !
  • Naissance et premiers mois en troupeau
  • premiers étés en estive
  • sevrage tardif, en famille, sans isoler le poulain

Un à trois poulains mérens naissent chaque année à l'éCrin des Cimes.

 

Ils passent leur premier été libres, en estives, dans les grandes prairies d'altitude. C'est là que leur éducation commence, entourés de leur famille. C'est aussi l’occasion pour nous de mieux les connaitre et de vivre avec eux des moments intenses lors de la transhumance pendant laquelle ils évoluent aux cotés des chevaux dréssés et se familiarisent avec nous.

 

A la redecente, ils resteront encore un hiver auprès de maman. Si celle-ci ne repousse pas son petit d’elle même à l’arrivée du poulain suivant,  nous procédons à un sevrage alimentaire : la maman, accompagnée d'une ou deux autres juments, est d'abord séparée de son poulain par une clôture. Toujours en contact visuel, et rassuré par le groupe, le jeune vit généralement très bien ses premiers jours de "grand".

 

Le poulain et sa maman se retrouveront dès le printemps suivant, au moment de la montée en estive. L'attachement est toujours présent, et nous conforte dans notre choix d'un sevrage doux et tardif.

 

Leur vie sera ainsi rythmée par l'estive l'été et les pâturages de la vallée l'hiver, jusqu'à leurs trois ans.



Entre eux et nous...

 

...en bref....

  • Vie en troupeau avec des adultes, qui contribuent à leur éducation
  • Alternance estive/période "d'éducation"
  • Méthodes éthologiques, éducation progressive jusqu'au débourrage



Les premiers et meilleurs éducateurs du poulain sont ses ainés...Entourés de leur famille, ils grandissent en troupeau, et non pas par lot de jeunes comme cela se fait souvent.

 

En estive, les jeunes chevaux apprécient nos visites et sont généralement les premiers à venir se faire caresser. Nous leur apportons le sel, qui manque à leur alimentation, et un moment de bien être, alors que tant d'autres au même âge ne voient l'humain que pour travailler.

 

Déjà proches de l'homme, les jeunes chevaux sont très vite confrontés à ce que sera leur vie de cheval : nous n’hésitons pas à les emmener en promenade derrière les mamans lorsqu'elles sont montées, ou à les faire panser et manipuler par les jeunes cavaliers, au fur et à mesure que leur progression sur les exercices de travail à pied le permet.

 

Nos méthodes issus de l'équitation éthologique nous aident à les accompagner dans leur découverte du monde des hommes, dans le respect de leur personnalité.



Le débourrage

 

...en bref....


  • Prise en compte de la personnalité de chaque jeune cheval dans son programme de travail
  • Débourrage en licol, puis apprentissage des autres outils
  • Premiers mois de travail en extérieur principalement
  • Manipulation par les cavaliers/stagiaires du club pour plus de polyvalence

Le débourrage est un terme que nous utilisons peu...En effet, le moment où l'on décide de monter sur le dos d'un cheval n'est que le prolongement des moments déjà vécus avec lui.

Avant trois ans, nos jeunes savent déjà parfaitement se comporter en main (tous connaissent par exemple les "7 jeux" de Parelli), donnent les pieds, montent en camion, connaissent la selle et les manipulations courantes.

Il n'est pas rare que les jeunes soient utilisés par exemple lors des stages de travail à pied.

Pour les premiers montoirs, nous avons pris l'habitude d'attendre que nos chevaux soient prêts. Parfois à 3, parfois à 4 ans, c'est en restant à l'écoute de leurs capacités  et  de leur maturité que nous sommes en mesure de ne pas les brusquer.

 

Le débourrage se passe en licol, et nous partons en extérieur dès que le contrôle est suffisant (en général deux ou trois séances)

 

Après quelques semaines ou mois d'extérieur, pour se mettre en confiance et en condition physique, nous abordons le travail en carrière. Nous alternons le travail avec ou sans mors  pour parfaire les connaissances et mieux comprendre les mécanismes de l'équilibre pour le jeune cheval.

 

Ce n'est généralement qu'après une première saison de travail que nous proposons nos chevaux à la vente, afin de garantir leur comportement en extérieur et de bien connaitre leurs aptitudes.

 



Les chevaux à la vente

Découvrez nos chevaux à la vente
Découvrez nos chevaux à la vente